MIYE, la start-up qui veut révolutionner le bien-être féminin

Written on 22 juillet 2021.


Avec MiYé , Caroline de Blignières (MSc EDHEC 2005) et Anna Oualid (CELSA, 2005) souhaitent proposer aux femmes une alternative naturelle et BIO pour mieux vivre avec nos fluctuations hormonales.
 

Quel est le pitch de votre start-up ?

Avec Anna, mon associée, nous sommes convaincues qu’il manque aujourd’hui une marque de bien-être adaptée aux cycles féminins, qui accompagne les femmes de manière naturelle, bienveillante et décomplexée à des étapes clés de leur vie hormonale : après un bébé, après un traitement, ou dans les 5 à 10 ans de perturbations qui précèdent la ménopause. Nos soins sont conçus pour aider notre corps à retrouver naturellement son état d’équilibre lors de ces périodes de « tempête hormonale », sans avoir recours ni à des hormones ou à des alternatives moins naturelles.
MiYé, qui signifie « la bonne amie » en provençal, est une gamme de produits In & Out qui s’adresse aux principaux symptômes de déséquilibre hormonal rencontrés par les femmes. Nous avons démarré en Mars avec 3 produits et nous aurons 4 nouveaux produits en Septembre qui nous permettront de proposer des routines complètes d’accompagnement par symptôme.

Notre ambition ? Lever le voile sur des tabous féminins qui impactent la qualité de vie pour que les femmes redeviennent actrices de leur bien-être. Mais aussi faire en sorte que les femmes n’aient plus à choisir entre efficacité, naturalité et plaisir à l’utilisation.
 

Pouvez-vous nous expliquer comment est née votre entreprise ?

Pendant un an, nous avons eu la chance d’échanger avec 50 experts (médecins, endocrinologues, micronutritionnistes..) et plus de 100 femmes  afin de mettre au point  3 produits issus de la biotechnologie verte  à l’efficacité scientifiquement mesurée par des tests.
Nous souhaitons ouvrir la voie à une nouvelle écologie corporelle féminine avec une charte très stricte sans compromis ni sur l’efficacité, ni sur l’éco-responsabilité : des actifs issus de la biotechnologie verte, des tests sous contrôle dermatologique et gynécologique, des formules certifiées  BIO, VEGAN, des packs éco-conçus et 1% du CA pour la planète.

 

Miyé, une start-up responsable ? à Impact ?

En effet, le projet s’inscrit dans une mission à impact depuis les touts débuts.

A la fois un impact social qui vise à lever les tabous féminins et mieux informer les femmes sur les alternatives naturelles qui s’offrent à elles en termes de santé féminine, mais aussi un impact environnemental avec des formules et des packs éco-conçus, et l’utilisation dès que possible des meilleures techniques en biotechnologie verte qui est selon moi la seule alternative envisageable en termes de cosmétique naturelle afin de préserver les ressources et l’environnement. Également, nous reversons 1% de notre chiffre d’affaires à l’ARTAC, une association de médecins et chercheurs qui travaillent sur le lien entre cancers et pollution environnementale. Et nous serions ravies de pouvoir renforcer nos partenariats avec la recherche ! Nous avons d’ailleurs la chance de pouvoir démarrer une mission de R&D avec des étudiants de l’AgroparisTech  dès septembre prochain.
 

Quelles sont les premières réussites ?

  • Notre campagne de prévente Ulule, qui, avec peu d’avantage prix et très peu d’investissement nous a permis de recruter plus de 600 clients et de démontrer l’attente sur ce genre de sujets et la complémentarité de notre gamme. (Plus de 2 produits par commande en moyenne)
  • Lauréates du Réseau Entreprendre et de RISING Sud, nous avons également la chance d’être très bien entourées et accompagnées.
  • Le démarrage rapide de notre site web et le taux de réachat de plus de 10% en à peine 3 mois de ventes, qui nous conforte dans l’idée que nos produits sont appréciés ! Nous avons également un taux d’abonnements de 7% sur nos produits.
  • L’accueil très enthousiaste des distributeurs et les 1ères recommandes rapides !
  • Mais aussi et surtout les très bons avis et le bouche à oreilles de nos 1ers clients qui nous permet de recruter de nouveaux clients à moindre coût !

 

Quelle est votre vision de votre secteur d’activité ?

Il me semble que le secteur d’activité santé/ bien-être est en train d’évoluer de manière très positive dans l’ensemble.
Grâce aux applications comme YUKA ou CLEAN BEAUTY notamment, qui ont vraiment permis de redonner du pouvoir et de la transparence entre les mains des consommateurs, Mais aussi parce que les marques vont être obligées de prendre des partis-pris forts, et de développer des produits avec expertise et bon sens, en collant au plus près aux attentes des femmes, qui sont de moins en moins sensibles au greenwashing et à des discours marketing trop légers. Les consommateurs sont de plus en plus experts et c’est tant mieux !

Enfin, je pense que la tendance à l’holistique (c’est-à-dire s’intéresser à une problématique dans son ensemble, et pas seulement par « verticale » produit), avec le développement de marques In& Out, est une tendance durable et pleine de bon sens. De nouvelles initiatives en distribution comme  « L’espace santé féminine » de magasins pilotes Monoprix en sont la parfaite illustration !

 

Quelles sont les prochaines étapes de votre entreprise ? 

Si nous avons la chance d’être débordées par le très bon démarrage de MiYé, nous sommes conscientes qu’il nous manque de l’appui opérationnel au quotidien, et un profil de business développeur pour nous aider à mieux suivre nos partenaires, les animer et structurer notre réseau de distribution. Donc nous cherchons à recruter d’ici la fin de l’année. Cela nous permettra notamment de nous concentrer sur le plan de développement de la gamme, avec peut-être une incursion du côté de la femtechque nous étudions de près (objets de mesure connectés)
Nous souhaitons devenir LA marque naturelle de référence pour les problématiques (non médicales) d’ordre hormonal, de la puberté à la ménopause.
 

Vous avez rejoint le programme EDHEC Entrepreneurs : que vous apporte ce programme ?

Le programme EDHEC entrepreneurs,  nous permet de gagner un temps précieux en mettant à notre disposition des ressources (un ensemble de contenus) et des spécialistes qui nous aident à dégrossir un sujet stratégique rapidement. Et nous sommes absolument fans de notre mentor qui connait très bien l’industrie et nous donne des conseils vraiment très avisés. En règle générale, nous croyons beaucoup dans l’intelligence collective et nous sentons très chanceuses de pouvoir disposer d’un accompagnement aussi complet que celui de l’EDHEC !

 

Anna Oualid & Caroline de Blignières

Anna Oualid (CELSA, 2005) 

Qu’est-ce qui te plaît, t’anime dans l’entrepreneuriat ?

Au début, MiYé n’était qu’une idée, une intuition. Voir le projet prendre forme, se développer, c’est évidemment une immense satisfaction. L’entendre résonner dans la tête des autres, lire les commentaires des premières consommatrices… et réaliser que le projet commence à exister en dehors de nous.
Ce qui me plait le plus c’est finalement de savoir qu’entre l’idée initiale et son exécution il va y avoir plein de rebondissements, de changements, de contournements mais qu’un jour, peut-être cette idée existera concrètement.

Quelle complémentarité y-a-t-il dans l’équipe Miyé ?

Nous travaillons main dans la main mais sur la stratégie mais nous sommes réparties les rôles en fonction de nos forces et expériences passées : après plus de 10 ans passés en agencesde communication, je m’occupe plus de la partie communication (partenariats, réseaux sociaux, podcast..) mais aussi de la partie administrative ( Suivi comptabilité, logistique..) alors que Caroline, après plus de 15 ans en développement produit et enstratégie digitale/ distribution, s’occupe plus particulièrement du développement produit, du site web, et de la distribution.
Nous avons la chance d’avoir des compétences et un réseau très adapté à notre lancement. Et puis surtout cela fait 25 ans que nous nous connaissons. Nous avons un bon recul sur nos forces, faiblesses et complémentarités, et ça nous fait gagner beaucoup de temps !

 

Caroline de Blignières (MSc EDHEC 2005)

As-tu toujours voulu créer ton entreprise ?

Pas du tout ! D’ailleurs je crois que je n’y avais jamais vraiment pensé sérieusement avant de me soucier du peu de cas qui était fait autour de certaines problématiques de bien-être et de santé féminines complètement laissées de côté..les statistiques que j’ai découvertes en enquêtant sur le sujet et les interviews avec de nombreuses femmes et experts m’ont fait comme un électrochoc.

Le projet a longuement mûri en moi et puis notre déménagement dans le Sud fin 2019 a accéléré les choses et je me suis enfin lancée. Et malgré les difficultés de l’entrepreneuriat, je crois que je peux dire que c’est une vraie chance, car je suis très alignée avec mon projet de vie et cela donne beaucoup de sens et d’énergie.. Et puis travailler sur l’objet de ses névroses favorites est un luxe.

Dans quel état d’esprit est la start-up actuellement ?

En pleine effervescence ! Le très bon accueil réservé à nos produits à la fois en commandes directes et par les distributeurs (et l’excellent taux de réachat constaté en à peine 3 mois) nous permettent d’investir dans le développement de nouveaux produits et de nous projeter dans l’avenir : Nous nous lançons  dans notre 2ème campagne Ulule en Juillet pour la prévente de nos 4 nouveaux produits qui ont été directement inspirés par notre communauté, et qui sortiront officiellement courant Septembre : lien ici.
Nous sommes aussi en pleine réflexion sur le recrutement de la perle rare en profil de « business développeur » pour structurer la stratégie de distribution en France et à l’étranger, basé à notre siège près d’Antibes. A bon entendeur !

 

 

Plus d'informations :

Site web : www.miye.care
Campagne ulule : MIYE
Contact : hello@miye.care

 

Réseaux sociaux 

Facebook MIYE
Instagram MIYE
Linkedin MIYE

A voir également

[ START-UPS COMPÉTITION ] PALMARÈS EDHEC ENTREPRENEURS DU CONCOURS
- 22-10-2021
Pour la 7ème année consécutive, et en présentiel cette fois pour le bonheur de...
DISHOP, la start-up qui accompagne la digitalisation des restaurateurs
- 21-10-2021
Photo ci-dessus : Thomas Marty, Responsable commercial de Dishop entouré de deux...
Osertech, la start-up qui rend possible l’achat et la vente d’équipements industriels d’occasion
- 06-10-2021
Avec Osertech, Grégoire Tabeau (BBA EDHEC 2019) souhaite devenir la référence...
JUBIWEE (COYO GROUP), la start-up qui engage vos collaborateurs
- 13-09-2021
Les 3 cofondateurs à l'origine de Jubiwee en 2016 : Thibaud MARTIN (EDHEC) ;...